Contexte

En mai 2011, le Conseil fédéral a décidé de sortir progressivement de l’énergie nucléaire. La même année encore, une large majorité du Parlement l’a suivi dans cette voie. C’était un grand pas en avant.

La „Stratégie énergétique 2050“, que le Conseil fédéral a mis en consultation en automne 2012, décrit comment il entend réaliser la transition. Ce projet montre qu’il faut encore beaucoup d’efforts de persuasion, de pression et de volonté politique afin de concrétiser un tournant énergétique durable en même temps qu’ une  véritable protection climatique. L’orientation et l’intention de la Stratégie énergétique 2050 sont justes. Mais elle comporte encore des lacunes, des faiblesses et des risques, qu’il s’agit de corriger. Par exemple, elle ne contient aucun règlement ferme concernant l’arrêt définitif des centrales nucléaires suisses ; elle prévoit la subvention d’énergies fossiles et le scénario menaçant de centrales électriques au gaz; elle manque de détermination à promouvoir réellement les nouvelles énergies renouvelables (notamment la conversion photovoltaïque); elle se limite à des mesures trop faibles en matière d’efficacité énergétique et permet une pression croissante sur les derniers trésors naturels en Suisse.

La procédure de consultation s’est terminée en début 2013 et le message du Conseil fédéral est attendu pour l’été 2013. La discussion parlementaire suivra au deuxième semestre 2013. On ignore encore les répercussions de l’initiative populaire fédérale des Verts « Pour la sortie programmé de l’énergie nucléaire ». À la fin de cette procédure législative, on peut s’attendre à des demandes de référendum et des votations populaires.

Beaucoup de choses sont en cours, et il s’agit maintenant de faire pression et d’ouvrir la voie à un tournant énergétique et climatique durable pour que les efforts politiques ne finissent pas en queue de poisson.

Le festival changénergie donne l’exemple et envoie un message fort à la Berne fédérale, encore avant le début des débats parlementaires.